Thérapie Emotionnelle

 

 

On peut dire que la psychothérapie a commencé à être reconnue comme une méthode de soins à l’époque de Freud. Auparavant, elle existait sans doute sans qu’on lui donne de nom ou qu’on cherche à analyser ses mécanismes. Depuis Freud, on peut considérer qu’elle se divise grosso modo en deux courants principaux. Le premier, issu de la psychanalyse, est axé sur un échange uniquement verbal entre patient et thérapeute. L’autre regroupe l’ensemble des techniques de psychologie humaniste qui donnent une place centrale au corps et au ressenti émotionnel (gestalt, bioénergie, thérapie primale, rolfing, végétothérapie, massages, etc.).

La thérapie émotionnelle est issue de ce second mouvement. Très proche du primal dans ses débuts, elle a évolué ensuite vers une synthèse originale qui tient compte des apports de la psychanalyse mais les utilise dans une approche thérapeutique différente.

Voyons ce qui la caractérise. Sur le plan théorique, beaucoup de références sont proches de la psychanalyse : nous utilisons aussi les termes de «transfert», «inconscient», «projection», «refoulement», etc. Mais dans le processus même de la thérapie émotionnelle des différences apparaissent. Nous pouvons les regrouper autour de quatre grands axes principaux

–     le choix de l’émotion comme voie privilégiée ;

–     les «mises en situation» ;

–     la relation thérapeute-patient ;

–     la place du langage en thérapie émotionnelle.

Extrait du livre : « Thérapie émotionnelle, Pour qui ? Pourquoi ? Comment ? » (1981 Elisabeth de St Basile et Michel Carayon)

 

( En téléchargement libre dans Liens et Documentations )